Free Style Libre, nouvelle mesure en continu du glucose

À la fin des années 70, la mise à disposition d’appareils de mesure de glycémie capillaire a considérablement amélioré la prise en charge du diabète, en permettant la mesure du taux de sucre sur une goutte de sang au bout du doigt, alors qu’auparavant, seule la mesure du taux de sucre dans les urines était possible. Les appareils se sont simplifiés, miniaturisés, sont devenus plus justes et plus sûrs. Toutefois le geste restait agressif, traumatique, limitant la multiplication des contrôles, et donc l’obtention d’un bon équilibre glycémique avec un taux d’hémoglobine glyquée bas (HbA1c), sans hypoglycémies et sans variation glycémique brutale.

Depuis une dizaine d’années, des systèmes de mesure de glucose en continu sont apparus, ouvrant d’emblée des perspectives intéressantes, par exemple sur le dépistage d’hypoglycémies nocturnes méconnues, ou les périodes post prandiales souvent mal documentées. Ces systèmes ont été utilisés par quelques services hospitaliers spécialisés en diabétologie, soit en mode exploratoire, soit couplés à une pompe à insuline pour des patients difficiles à équilibrer, présentant des profils glycémiques très variables d’un jour à l’autre, ou des hypoglycémies répétitives, non ressenties, sévères. La possibilité d’activer des alarmes, voire d’interrompre temporairement le débit de la pompe en cas de plongée glycémique, était une première étape vers un authentique pancréas artificiel.

Malgré des études encourageantes, l’absence de prise en charge par l’assurance maladie, le coût élevé supporté par le seul budget hospitalier, la complexité des appareils (au moins au début) ont freiné jusqu’à présent leur utilisation.
Plus récemment est apparu un système plus simple d'utilisation, sans calibration, moins coûteux : le Free Style Libre® de chez Abbott, qui paraît offrir de multiples avantages par rapport à l’autosurveillance classique par glycémie capillaire :

-  les mesures peuvent être répétées à volonté sans contrainte de piqure au bout du doigt ;

-  la mesure « statique » s’accompagne d’une information « dynamique » : la glycémie est stable, elle monte, elle descend, un peu ou fortement ;

-  on peut visualiser facilement ce qui s’est passé dans les huit heures, et répondre par exemple aux interrogations sur l’existence d’une hypoglycémie la nuit ou pendant les périodes après repas.

Ces systèmes de mesure en continu du glucose pourraient être remboursés par l’assurance maladie sous certaines conditions dans le courant de l’année 2017. Toutefois, si l’on veut bien les utiliser et exploiter leur utilisation de façon optimum, il faudra revoir en profondeur les modes opératoires, notamment en essayant d'anticiper les variations des doses d’insuline délivrées (bolus, débit de base, doses de rapide ou de lente) ou de l’apport en glucides en fonction des informations apportées par le nouveau système de surveillance.

Pour répondre à cette problématique et mettre à votre disposition des modes opératoires et outils adaptés, les soignants du service de diabétologie de l’Hôpital de La Rochelle et du Réseau Atlan3que Diabète (médecins diabétologues, infirmières, diététiciennes) ont longuement travaillé le sujet pour vous proposer des ateliers dès le second trimestre (voir journal d’information en cliquant ici)

kit_modele_freestyle_libre(2)(2)

« Télécharger le guide d’utilisation de la mesure du glucose  en continu FreeStyle Libre » ici

© iMac 2015